26 mars 2021 Actualité

Moussa Camara : « Malgré la crise, l’année 2020 a été celle où on a formé le plus d’entrepreneurs. »

[Interview] L’année 2020 a été riche en émotions et apprentissages, 2021 commence sur la même tonalité. Au menu de cette nouvelle saison : motivation et détermination pour garder le cap. Moussa Camara, fondateur de l’association, revient sur l’année 2020 marquée par la crise liée au Covid-19 qui a amené l’association à redoubler d’agilité et liste les objectifs pour la nouvelle année.

L’année 2020 a été marquée par la pandémie de Covid-19 et par une crise sans précédent. Comment l’association s’est-elle adaptée ?

Moussa Camara : On avait choisi l’année 2020 pour déployer le programme des Déterminés sur tout le territoire français (Le Tour, ndlr). On avait commencé l’année sur les chapeaux de roues avec quatre formations en cours et au bout de trois mois, un confinement a été mis en place. Comme tout le monde, on n’y était pas préparés.

Deux solutions s’offraient alors à nous : on suspendait les formations en cours ou on continuait malgré tout. Nous avons choisi la seconde option car il était hors de question de couper le lien avec les porteurs de projet.

Il a donc fallu s’adapter rapidement en passant de cours en présentiel à du 100% distanciel.

Pour nous adapter, l’équipe pédagogique a dû repenser notre modèle de formation afin de rendre possible les enseignements à distance. Pour ce faire, nous avons mis en place des ateliers, des mini-groupes de travail, des formations inter-promotions et on a réussi en 3 semaines à mobiliser une soixantaine d’intervenants faisant partie du réseau des Déterminés et ayant l’habitude de donner des cours en distanciel. Les résultats ont été très positifs.

Quels ont été vos constats ?

M.C : Notre premier constat, face à ces événements exceptionnels, est que nous avons été capables de faire preuve de résilience ; nous avons tenus face à une situation hors norme que nous n’avions pas prévue au départ, comme tout le monde.

Deuxième constat : ces épreuves ont permis aux entrepreneurs que nous accompagnons de remettre en question leur projet, d’innover, de changer de vision, de s’adapter. Certains d’entre eux, par exemple, étaient dans des secteurs totalement impactés par le Covid-19 mais, ont pu se réinventer en adaptant leur projet d’emblée à la situation sanitaire. On a pu travailler avec eux sur tous ces aspects.

Troisième constat : le fait d’avoir continué à assurer nos formations a aussi permis aux entrepreneurs de poursuivre le travail sur leurs projets pour préparer la fin du confinement. Lors du déconfinement, ils ont pu tout de suite se remettre en ordre de marche.

Quelle a été votre principale force pour faire face ?

M.C : Ce qui a motivé notre équipe c’était avant tout l’envie d’aider les entrepreneurs, de ne pas les laisser livrés à eux-mêmes. C’était le moment où ils avaient le plus besoin de nous. Et c’est ce qui nous a poussé à tout réadapter pour qu’ils puissent continuer de bénéficier d’une formation de qualité.

En période de crise comment forme-t-on de futurs entrepreneurs ?

M.C : L’entrepreneuriat, en temps normal, fait appel au mental et au dépassement de soi. En temps de crise, les entrepreneurs se posent plus de questions, ils doutent plus et peuvent baisser les bras. L’anxiété et le manque de confiance en soi augmentent.

Pour palier ça, nous avons dû mettre en place une forte présence humaine. Le temps et la disponibilité qu’on a pu leur octroyer ont fait toute la différence. On a dû mobiliser toute l’équipe, des mentors, des bénévoles… pour répondre à chacune de leurs questions et préoccupations. Ça nous a permis de vraiment les soutenir.

Il y avait des cas d’entrepreneurs dont le projet n’était plus possible avec la crise sanitaire. Ils ont dû pivoter, s’adapter, innover ou changer de projet. Certains ont même vu leur projet booster car ils ont su rebondir très vite. Et cette capacité d’adaptation est la clé du leitmotiv qu’on inculque chez les Déterminés.

Quelles leçons tirez-vous de cette année 2020 ?

M.C : La première leçon est la résilience : cette capacité à faire même quand l’horizon en face n’est pas forcément clair. Puis, la deuxième est de rester toujours déterminé face à son objectif de réussite malgré les obstacles.

Chez nous aussi ces obstacles nous ont rendu plus forts car 2020 a été, malgré la crise, l’année où on a formé le plus d’entrepreneurs, celle où on s’est déployés dans le plus de villes en France et celle où on a développé l’équipe en passant de quatre salariés à une quinzaine aujourd’hui.

2020 est aussi l’année où on a reçu le plus de candidatures : plus de 1000 pour près de 200 entrepreneurs formés. Il y a eu une recrudescence de personnes qui voulaient créer leur entreprise après le confinement. On a reçu des personnes qui ont eu leur idée pendant le confinement.

C’est une année qui a vraiment porté ses fruits : on a beaucoup été sur le terrain et on a su construire une équipe incroyable qui a travaillé vraiment dur, sans rien lâcher.

La véritable leçon à tirer c’est que malgré les crises et les épreuves, quand on s’est fixé un objectif, il ne faut surtout rien lâcher et être fidèle a ses valeurs.

Et pour 2021, à quoi doit-on s’attendre ?

M.C : En 2021, nous continuons avec la même détermination et enthousiasme. Nous souhaitons lancer des promotions dans de nouvelles villes, tout en renouvelant les promotions dans toutes celles où nous avons été présents en 2020.

Notre objectif central est de passer de 400 à 1000 personnes formées d’ici 2023 dans les 25 plus grandes villes de France.