20 juillet 2021 Actualité

Un Fighters Day pour inspirer et s’inspirer

Réseauter, échanger, partager…c’étaient les objectifs du Fighters Day organisé ce samedi 26 juin, conjointement par Les Déterminés et Station F, dans les locaux de cette dernière. La journée a été l’occasion pour de nombreux « déterminés », entrepreneurs du Fighters Program mais aussi apprentis, futurs entrepreneurs, étudiants ou encore salariés de partager leur expérience, vision, culture et faire le plein de conseils en matière d’entrepreneuriat. Reportage.

 

 

Un discours motivant

« Plus jeune, je savais que du fait de ne pas avoir beaucoup de moyens, la seule chance que j’avais de pouvoir créer des choses c’était avec le travail. »

C’est avec ces mots que Moussa Camara a débuté son discours lors de l’échange sur scène avec Xavier Niel. En guise d’ouverture de cette journée exceptionnelle du Fighters Day, le patron de Free et le fondateur des Déterminés se faisaient face pour répondre aux questions de la modératrice Noëlla Ligan. L’occasion pour les deux leaders de mettre en lumière leur parcours et leur vision de l’entrepreneuriat. De ce riche échange devant une salle comble, on retiendra ces deux phrases :

La première :

« C’est la passion qui nous pousse à dépasser nos limites »,

prononcée par Moussa Camara.

La deuxième :

« C’est la détermination et l’envie de vaincre le monde qui amènent à la réussite »,

par Xavier Niel.

A la fin de la discussion, les auditeurs étaient impressionnés et heureux d’avoir assisté à cet échange enrichissant entre deux grands entrepreneurs inspirants. « Ils ont eu un discours très motivant. Je retiens que quel que soit l’idée, il faut croire en soi-même et se lancer. » témoigne Christian, 30 ans, architecte qui rêve de créer un cabinet d’architecture innovant.

A ses côtés, Alexia, 29 ans, ancienne entrepreneure aujourd’hui salariée dans le domaine de la blockchain a le même avis. Invitée par Station F, elle dit être venue pour se « réinspirer » :

« On apprend énormément du retour d’expérience des gens qui ont entrepris. Et les discours de Xavier et Moussa sont extrêmement inspirants. C’est important de voir d’où ils sont partis et où ils sont arrivés », commente la jeune femme.

Après Moussa Camara et Xavier Niel, place au retour d’expérience de Louis Saha et Nadia Benabdelouahed, tous deux anciens sportifs devenus entrepreneurs. Ils ont pris la parole lors de l’atelier « De sportifs de haut niveau à entrepreneurs » et ont expliqué les raisons pour lesquelles ils se sont lancés et les clés qui leur ont permis de réussir.

Trouver un vrai réseau

13h, pause déjeuner pour tout le monde… sauf pour l’équipe des Déterminés. Rania, Chloé, Myriam, Siryn, Kheira, Valère ou encore Aïssatou se sont relayés sur le stand de l’association pour répondre aux interrogations des visiteurs du jour. « Comment postule-ton chez Les Déterminés ? » « Combien de temps dure la formation » ou encore « Quels sont les critères requis pour intégrer une promotion ? » sont autant de questions auxquels ils ont dû répondre. Et parmi les jeunes présents devant le stand, Mady, 20 ans, en service civique jeune volontaire. Venu sur conseil d’un ami, il sait ce qu’il recherche.

« Je suis venu rencontrer des entrepreneurs qui ont commencé leur activité pour demander des conseils, échanger des contacts et pourquoi pas initier de futures collaborations. Je projette de lancer mon agence de marketing et digital », confie-t-il.

A sa droite, Fatouma, 25 ans, étudiante en histoire, remplit le formulaire de contact pour être rappelée par l’équipe des Déterminés. Elle a aussi un projet entrepreneurial.

« Le programme des Déterminés m’intéresse beaucoup, je sais que je pourrai y trouver un vrai réseau et un bon accompagnement », sourit-elle.

Des outils clés en main pour bien entreprendre

14h, les ateliers reprennent et l’ambiance devient plus mouvementée dans le hall de Station F avec les speechs d’entrepreneurs de prestige venus raconter leur parcours au micro. Parmi eux, Abdelaali El Badaoui, fondateur et président de Banlieues Santé et « déterminé » de la promotion 8. Après avoir évoqué son enfance avec émotion pour expliquer son engagement et son choix de créer Banlieues Santé, l’infirmier répond aux questions du public sur son expérience.

Pendant ce temps-là, dans l’auditorium, Cyril Ghezel, directeur de programme chez Les Déterminés et serial entrepreneur intervient dans un atelier sur le business model.

« C’est l’élément clé et le fondement de votre projet, c’est sur cela que tout va reposer. Pas de business model, pas d’argent », lance-t-il à la salle qui écoute attentivement en prenant des notes.

Trouver des contacts

A l’étage supérieur, Hanane, 25 ans, pharmacienne, n’en est pas encore à l’élaboration de son business model mais a besoin de conseils pour peaufiner son projet entrepreneurial. Elle discute avec Mohamed Camara, 24 ans, « déterminé » de la promotion 12 et co-fondateur de Uncle J, une start-up qui vend et loue des paires de sneackers reconditionnées à neuf. Le jeune homme qui fait aussi partie du Fighters Program lui donne un contact pour résoudre l’une des problématiques qu’elle rencontre dans son projet.

« Je suis là pour découvrir Les Déterminés et le Fighters Day », raconte Hanane, sourire aux lèvres, avant d’ajouter : « Je ne suis pas déçue. Je repars avec au moins un contact et les batteries rechargées en bonnes ondes. »

Ça tombe bien car Mohamed Camara, au-delà d’être venu partager son expérience, parler de sa boîte et raconter comment s’est passée son année d’incubation à Station F, est aussi là pour essayer de créer un déclic chez celles et ceux qui n’osent pas se lancer.

« On cherche à donner aux gens les clés qu’on aurait kiffé avoir avant de se lancer. On n’avait pas eu d’événement comme ça », regrette-il.

D’autres supers ateliers, d’autres échanges constructifs et d’autres entrepreneurs de talent se sont succédé au fil de la journée, faisant du Fighters Day, une belle promotion de la diversité dans l’entrepreneuriat.